Contribution à l'étude du diagnostic ostéopathique - 03.07.2010 Auteurs : Pilar GARCIA LOPEZ et Carlos MANERO Directeurs : Jean BURNOTTE D.O.

BACKGROUND : Ce travail analyse un modèle de diagnostique ostéopathique et un modèle d’adaptation physiologique. Il comprend deux parties. La première comporte une étude comparative d’une batterie de tests diagnostiques  stéopathiques  ualitatifs et objectivement quantifiés réalisés par deux opérateurs différents chez de sujets sédentaires « sains » . La  euxième partie est une étude de faisabilité réalisée à l’aide du Myoton® sur sujets « sains », en vue de l’objectivation  de  la palpation tissulaire du diagnostic ostéopathique.

OBJECTIFS : La premier partie a pour but la comparaison de résultats de tests ostéopathiques qualitatifs  entres deux couples différents de thérapeutes. Et la corrélation d’une batterie de tests diagnostiques dynamiques ostéopathiques avec le  modèle  d´adaptation .

La deuxième partie a pour but objectiver les différences de dureté musculaire gauche-droite à l’aide du Myoton® et de les comparées avec la perception  du thérapeute.

METHODE : La premier partie : 30 sujets asymptomatiques sédentaires. Le groupe se compose 15 femmes et 15 hommes. Le deux thérapeutes commencent par le diagnostic palpatoire. Ensuite les tests de mobilité objectivés expérimentalement. La deuxième partie :11 sujets asymptomatiques. Le groupe se compose 5 femmes et 6 hommes. Le thérapeute commencent par le diagnostic palpatoire. Ensuite il prend les mesures sur  la masse paravertébrale et le muscle tenseur du fascia lata à l’aide du Myoton® dans 3 positions différentes.

RESULTATS : Les palpations effectués séparément par les deux thérapeutes se corrèlent de manière significative de même que les palpations effectués par les deux couples de thérapeutes. Nos résultats démontrent  l’existence d’un modèle physiologique adaptatif chez des sujets asymptomatiques  et l’existence de corrélation entre une batterie de tests diagnostiques dynamiques ostéopathiques et  ce modèle .

Le psoas semble  avoir une action de frein de la lordose, et dans une NSR lombaire il se trouvera à priori du côté de la convexité, comme frein de l’inclinaison latérale.

Dans le deuxième partie, nous n´avons pas pu établir, dans cette étude de faisabilité, de corrélation entre nos perceptions et les mesures faites au Myoton®. Le Myoton ® semble être un bon outil  de mesure mais qui présente certaines limitations.

CONCLUSION : Ce travail vérifie l’existence d’un modèle physiologique dynamique adaptatif  chez les sujets asymptomatiques et apporte crédibilité au diagnostic ostéopathique enseigné au sein du Collège Belge d’Ostéopathie. Il reste néanmoins de nombreuses études à réaliser pour arriver à comprendre mieux ce modèle.