Etude de l’influence de la technique dite "cv4 occipital" et du traitement dit "cv4 profond" sur l’oxygénation des tissus cérébraux par spectroscopie infrarouge, corrélée par une évaluation du système nerveux autonome par hrv Auteurs : Michaël GRARD et Jean-Paul BRUYLS Directeurs : Jean BURNOTTE et Pierre CULLUS

Notre travail de fin d’études portait sur "l’étude de l’influence de la technique dite "CV4 occipital" et du traitement dit "CV4 profond" sur l’oxygénation des tissus cérébraux par spectroscopie infrarouge, corrélée par une évaluation du système nerveux autonome par l’HRV".

Nous avons tout d’abord pratiqué sur 20 sujets sains la technique dite "CV4 occipital" et ensuite le traitement dite du "CV4 profond". Nous avons ensuite pris 6 de ces 20 sujets pour réaliser l'inverse.

Nous avons simultanément  mesuré l'oxygénation des tissus cérébraux par spectroscopie à infrarouge et la balance entre le système sympathique et parasympathique, à l'aide d'un cardiofréquencemètre et du programme Kubios HRV.

Les résultats nous ont permis de voir que nous agissons de manière très hautement significative sur l'oxygénation des tissus cérébraux et ce uniquement si nous commençons la technique dite du "CV4 occipital" et finissons par le traitement dit du " CV4 profond". Toute autre chronologie est non significative. Au niveau du HRV, les résultats sont non significatifs. La chronologie joue un rôle important car nous avons pu observer une tendance parasympathique de la technique dite du "CV4 occipital" lorsque celle-ci est réalisée au début. Réalisée à la fin, cette technique aura une tendance sympathique. Nous avons pu observer aussi que le traitement dit du "CV4 profond" est toujours à tendance parasympathique.